Commune de Boé - Mairie
rue de la Mairie - CS 50010
47551 Boé Cedex - France
Tél: +33 (0)553986565

Nous contacter

Ville de Boé

Patrimoine de Boé

"Mothes", domaines et châteaux

Dans la plaine de Boé, quelques demeures de campagne, manoirs, mothes et châteaux ont été construits et entretenus par des propriétaires issus de l'élite sociale agenaise, personnages influents de la région.

Le château d'Allot

La Mothe d'Allot ou d'Hallot était à l'origine une modeste villa construite sur une butte élevée des bords de la Garonne. C'est la famille d'Hallot propriétaire des lieux depuis la fin du XVIe siècle qui donna son nom à cette mothe.

Le château d'Allot

A la fin du XVIIIe siècle, le château devint la propriété de Chrysostôme de Sévin, seigneur de Ganet et de Ségougnac, qui fut maire d'Agen sous Napoléon Ier. On sait qu'en 1880 ce lieu fut grandement remanié et restauré par son propriétaire monsieur Chaudordy, ancien député qui fut aussi ambassadeur en Suisse, en Espagne et en Russie.

  • haut de page

Le château de la Couronne

"La Couronne" est un nom qui fait penser à la monarchie et à son symbole le plus commun. Il s'agissait dans notre commune d'un simple lieu-dit que l'on retrouve écrit, selon les époques, sous la forme de "La Couronne" ou "Lacouronne".

Le château de la Couronne

Les promoteurs, à l'origine des nombreux lotissements sortis de terre depuis le début des années 1990, ont largement décliné le nom de "La Couronne" pour baptiser leurs groupes d'habitations. Aujourd'hui, "la Couronne" permet d'identifier tout un quartier de Boé. Le centre de ce quartier est formé par une grosse bâtisse portant le nom de "Château de La Couronne". Si le peuplement de "La Couronne" est lointain, le château n'a rien de très ancien. Il n'a surtout rien à voir avec une quelconque origine royale. L'éthymologie de "La Couronne" reste encore bien mystérieuse.

Le château de Bailles

Louis Pierre Alezay nous renseigne sur cette tour du Bayle qui s'élevait en ce lieu situé à quelques centaines de mètres du village de Boé-Bourg. L'origine du nom semble être le "Bayle" ou "Bailli", magistrat fermier des droits de justice, plus tard lieutenant du sénéchal, sorte de juge de paix.

Le château de Bailles

Ce personnage, représentant du seigneur dans la commune, était chargé de fonctions administratives et juridiques. Le Bayle venait volontiers passer la belle saison en ce lieu. A la révolution tous ses biens furent vendus comme biens nationaux.

  • haut de page

Le Château St Marcel

Ce château est situé entre l'antique voie romaine d'Aginum à Tolosa et le canal latéral à la Garonne. En 1730 ce lieu était la propriété des Secondat, une famille noble qui s'était établie en Agenais vers 1550.

Le Château St Marcel

L'un des descendants, Godefroy-Jean de Secondat baron de Roquefort devint le maire de Boé en 1813. Sa fille Marie Françoise, baronne de Longeon, lui succéda à la tête de la propriété à sa mort en 1825. Elle se fit remarquer par ses actes de bienfaisance, participant aux travaux de restauration de l'église de Saint Pierre de Gaubert où elle se fit d'ailleurs enterrer. Elle avait adopté son petit neveu De Secondat de Montesquieu de la Brède, qui garda le château une trentaine d'années avant de le vendre et de se retirer définitivement dans la demeure de son grand aïeul à la Brède près de Bordeaux.

La tour Lacassagne

Tour maîtresse de type maison forte, construite sur une motte artificielle, en bordure de la Garonne. L’étude des éléments d’architecture, réalisée par HADES, situe sa construction dans la seconde moitié du XIVe siècle ou au début du XVe. Des aménagements de défense lui sont ajoutés pendant la Guerre de 100 ans, puis ils sont renforcés à l’époque moderne (XVIe – XVIIe)

La tour de La Cassagne fut mentionnée pour la première fois en 1639, dans un acte de procédure (AD 47 63 JB) qui la décrivait de façon sommaire "une grande tour carrée édifiée de pierres et briques avec une basse-cour."

La tour Lacassagne

En fait, deux sites nommés La Cassagne existent sur la commune de Boé: la tour, située en bord de Garonne sur la paroisse Saint Sulpice et la maison forte située, elle, sur la paroisse Sainte Raffine près de la route actuelle d'Agen à Layrac.


Consulter l'étude complète de la tour Lacassagne : Télécharger (pdf - 431 ko)

  • haut de page

Le domaine de Pélissier

Mme Daisy Delettre, actuelle propriétaire de ce domaine, a bien voulu nous donner quelques précisions relatives aux origines de cette mothe. Ces renseignements viennent compléter ceux fournis par la monographie de Pierre Louis Alezay. "Pélissier était un domaine agricole sur lequel une petite maison forte fut construite au XIVe siècle, pour surveiller la Garonne en aval du gué de Lécussan-Boé et contrôler le chemin vers Agen.

Le domaine de Pélissier

Au XVe siècle, la famille de Godailh en est seigneur. Au XVIe siècle, Pélissier est acheté par le juge Mage Jacques de Sévin. Hermard de Sévin, son petit-fils, entreprend en 1583 la construction du château actuel autour de l'ancienne maison forte. La famille De Sévin conservera Pélissier jusqu'en 1709, date à laquelle il passe aux mains d'Antoine Muraille." Pierre Louis Alezay nous précise ensuite que Pélissier fut vendu successivement en 1791 à Mme de Longeval, puis aux Rangouses, banquiers agenais du début du XIXe sicèle qui, à la suite de mauvaises affaires cédèrent le domaine au trésorier payeur général d'Agen, M. Pernot de Fontenay. En 1844, Pélissier appartient à Michel Pomarède et vers 1860 les frères Aunac, banquiers connus sur la place d'Agen, prennent possession du domaine. Légué à Mme Amblard-Delettre, il est actuellement la propriété de Mme Daisy Delettre, sa fille.

La Mothe Bézat

Généralement, les mothes médiévales étaient construites en bois. Elles comprenaient au premier plan la basse cour où se réfugiait, en cas d'attaque, toute la population de la région avec ses biens les plus précieux.

La Mothe Bézat

Au second plan se trouvait la haute cour, dernier refuge du seigneur et de ses soldats, au cas où la basse-cour aurait été prise d'assaut. Le principal défaut de ce moyen de défense était son manque de solidité et de résistance au feu. Par contre, la tour motte était très rapidemment reconstruite.

  • haut de page

Infos pratiques

Une histoire de Boé

Ouvrage collectif réalisé par les membres de la commission extra-municipale de la Ville de Boé.

  • Une histoire de Boé

Portail citoyen du Lot-Et-Garonne Infogéo 47

Ce portail permet aux citoyens de consulter des données géographiques recouvrant une multitude de thématiques comme le tourisme (bouger, manger et dormir)...